Impôts locaux : tout ce qu’il faut savoir sur ce qui vous attend cette année

A peine réélu, Emmanuel Macron annonce de grandes mesures. En cette période de crise économique sans précédent, les Français ont hâte de faire la calcul de leurs impôts locaux. Nous avons décrypter les prochaines mesures…

Incapable de définir le montant total de vos impôts locaux ? Voici quelques clés d’analyse ceux qu’il vous reste à payer.

Ce qui va changer

À chaque fois que les beaux jours arrivent, la déclaration de revenus est au centre des préoccupations. Même si elle est préremplie, on a des surprises à chaque fois. A-t-on pensé à tous les détails ? C’est la question qui tourne en boucle dans l’esprit des contribuables. Et pour cause, quelques mois plus tard, les impôts locaux débarquent en fanfare. Dans une étude des journalistes de dossierfamilial.fr, le constat est édifiant. Moins de quatre semaines après le début de son second quinquennat, où en est Emmanuel Macron dans ses promesses de campagne ?

Il le sait, l’opposition l’attend de pied de ferme et notamment sur le pouvoir d’achat. À cause de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, certains produits manquent à l’appel. Pire encore, lorsqu’on a le bonheur d’en dénicher, ils se vendent à prix d’or. Après deux ans de pandémie, les Français commençaient à peine à sortir la tête hors de l’eau. Hélas, ils vont devoir de nouveau se se serrer la ceinture.

La taxe foncière

Si vous avez décidé de franchir le pas et d’acheter un appartement, la taxe foncière vous attend au tournant. En comparant avec minutie les chiffres des cuvées précédentes, on peut tirer la sonnette d’alarme. Autant vous le dire tout de suite, elle risque d’augmenter. Et ce n’est pas la peine de désigner votre ville ou maire comme responsable. La principale coupable s’appelle inflation!

Si vous avez toujours voulu savoir comment la calculer, il suffit de consulter la valeur locative cadastrale de votre pépite immobilière. À l’instar des loyers, il existe un indice de référence. Estimé par l’INSEE, il s’agit de celui des prix à la consommation harmonisé (IPCH). Les augmentations les plus significatives cibleraient le sud de la France et plus spécifiquement la cité phocéenne. Ensuite, devenue prisée par ceux qui fuient la morosité de la capitale, la région ouest a le vent en poupe. Ici, Nantes ou bien Tours sont dans le peloton de tête. Enfin, grâce au TGV et à la facilité déconcertante avec laquelle on peut visiter l’Alsace, son terroir ainsi que les coulisses du parlement européen n’auront plus aucun secret pour vous. En somme, déménager est une bonne chose, encore faut-il avoir des économies pour ne pas subir ce type d’impôts locaux.

La hausse de ces deux impôts locaux sème la panique

il ne faut pas oublier la taxe d’enlèvement des ordures ménagères. Remboursée en partie par les locataires, ce sont les propriétaires qui avancent les frais. Or, à cause notamment du gaspillage alimentaire, des changements de température constants, quelques modifications sont à prévoir. Et ce n’est pas la peine de tenter d’y esquiver puisque presque 80% des territoires sont concernés par une hausse de 5%.

Quand on rentre dans les détails du calcul, on réalise que le carburant n’a pas fini de causer des tourments. Certes, des opérations à prix coûtant tentent d’apaiser le moral des salariés obligés de se déplacer en voiture. Or, en ce qui concerne celui qui est utilisé pour alimenter les camions-bennes, il est notamment dans l’œil du cyclone. C’est pourquoi, l’augmentation du tarif de la taxe générale sur les activités polluantes va dans le sens des impôts locaux que nous venons de mettre en lumière.

La taxe d’habitation

Lors de son premier mandat, Emmanuel Macron avait précisé qu’il voulait supprimer la taxe d’habitation. Où en est-on aujourd’hui ? Visiblement, moins d’un tiers de la population continuerait à payer cet impôt. Son montant baisse mais il est toujours là!

Vous ne pouvez pas échapper à ce type d’impôts locaux si vous possédez une maison à la campagne. Par contre, en ce qui concerne votre lieu de vie principal, vous devriez constater une baisse importante (-65%) en 2022.

QUID de la redevance télé

En parlant de taxe d’habitation, elle va de pair avec celle qu’on surnommait la redevance télé. Or, une majorité de candidats à la succession d’Emmanuel Macron avait soumis l’idée de la rayer des impôts locaux. Qu’a décidé l’actuel locataire de l’Élysée?

À peine a-t-il désigné son Premier ministre que le Président ne tarde pas pour mettre en place cette mesure. Il considère qu’elle est importante pour redonner le moral aux Français qui paient trop d’impôts locaux. Du côté du service public, on grince des dents. Radio France, le groupe France Télévisions et bien d’autres encore se demandent comment ils vont faire sans cette subvention.

4 thoughts on “Impôts locaux : tout ce qu’il faut savoir sur ce qui vous attend cette année

  1. « Du côté du service public, on grince des dents. Radio France, le groupe France Télévisions et bien d’autres encore se demandent comment ils vont faire sans cette subvention ». Eh bien, qu’ils baissent leur salaire, ils ne sont pas essentiels.

    1. Bravo oui qu’il baisse leur salaire . d’autant plus que les programmes télé sont de plus en plus DÉCEVANTS ! payer pour zapper sans arrêt pour finir par éteindre et aller se coucher ! Sans parler de la pub qui interrompt sans arrêt ce que l’on regarde !

  2. Je ne voies pas l´intérêt de payer une redevance télé alors que l´on subit plus de 3 heures de publicité par jour, y compris de la part des chaînes publiques.
    Il ne faut pas oublier que l´on est le pays qui paie le plus d´impôts dans le monde.
    Albert

  3. Bonjour je suis tout à fait d’accord avec les commentaires précédents quand on voit la médiocrité des émissions et séries qui se ressemblent toutes et qui sont très mal jouées…effectivement qu’on leur baisse leurs salaires à toutes ces personnes qui sont surpayées pour le service et le peu de qualité…quant aux rediffusions constantes en été c’est d’une pauvreté culturelle affligeante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.