Savoir reconnaître les «bons» insectes pour le jardin

reconnaitre les bons insectes

On pense souvent qu’hormis les abeilles et les bourdons, les insectes sont nocifs pour nos plantes. Il n’en est rien. Il existe une grande quantité de petites bêtes très utiles pour nos plantations. Certains d’entre eux sont plus que des alliés, ils sont essentiels à notre jardin. Pour d’autres, il faut savoir déterminer leur nombre, c’est un exercice subtil mais efficace.

La mauvaise réputation de la chenille

Effectivement, elles se nourrissent en grande quantité et les feuilles de nos plantes peuvent le payer cher. Cependant, si on aime les papillons, il faudra nécessairement accepter les chenilles. Après, il n’y a pas d’obligation à ce qu’elles dévorent nos plantations! En effet, elles aiment se nourrir de feuilles d’orties que l’on peut avoir récoltées ailleurs et mis de côté dans un coin du jardin pour elles. Il faudra faire la différence avec la piéride ou la pyrale, deux espèces très nocives pour notre verdure. Là, nous vous conseillons l’utilisation d’insecticide biologique comme le Bacillus thuringiensis en pulvérisation.

Le cétoine: gardien du jardin

En effet, il est très précieux. À l’état adulte, il s’agit d’un scarabée vert émeraude que l’on rencontre dans le cœur des roses à s’empiffrer de pollen. Sa larve est un gros vers blanc inoffensif etse retrouve dans le compost où elle grignote la matière organique et active sa décomposition. Attention: ne pas confondre avec le hanneton qui est redoutable car elle dévore les racines des plantes.

Quid de l’araignée?

Elle est très importante car elle piège les nuisibles. Grande dévoreuse d’insectes, elle tient son rôle dans la chaîne alimentaire pour limiter leur pullulation. On laisse en place leurs cocons soyeux car c’est la relève qui est assurée!

L’intérêt du perce-oreille

C’est un très bon anti-pucerons. Cet insecte fait presque peur avec sa queue en forme de tenaille. Il ne faut pas s’inquiéter car, s’il grignote quelques pétales ou un fruit bien mûr, il se régale surtout d’insectes, de pucerons en majorité. Il redoute la lumière et vit dans les anfractuosités d’écorces ou de murs. On le piège dans un pot rempli de paille que l’on déplacera là où il est plus utile dans notre jardin.

Les cloportes… Amis ou ennemis?

Il s’avère que c’est un ouvrier d’une bonne terre. En effet, ce petit crustacé terrestre aime les endroits humides, sous les pierres ou les vieux bouts de bois. Il y vit en colonie et c’est là qu’il boulotte végétation et bois en décomposition. Ce détritivore est donc bien utile pour enrichir le sol; c’est même un indicateur de la qualité de la terre car il disparaît en cas d’excès de plomb, zinc ou cuivre. Il est donc même recommandé de le suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.