Que faire des feuilles mortes de votre jardin?

Que faire de ses feuilles mortes ?

L’automne arrive à grands pas. Avec lui, les arbres vont se délester des feuilles desséchées. Ne jetez plus rien ! Il faut profiter de celles-ci pour faire des tas et les conserver. Elles seront à transformer en compost ou à étaler dans vos massifs afin d’enrichir la terre en humus. Il s’agit bien de donner une seconde vie aux feuilles mortes.

1. Recyclées en compost

Le terreau de feuilles n’a pas son pareil pour fournir de l’humus qui fertilisera plantes d’intérieur, arbustes et légumes. Il s’obtient en moins d’un an dans un bac à compost ou dans un simple cylindre en grillage installé à mi-ombre au fond du jardin.

Pour accélérer le processus de décomposition, il faut intercaler entre les couches des orties broyées, ou, mieux, arroser avec du purin d’ortie riche en azote. Le tas doit être bien aéré et régulièrement arrosé. Raison de plus pour ne plus stocker vos feuilles en les compressant dans des sacs plastique fermés.

2. Un ramassage efficace

L’idéal, dans les petits jardins, est de ratisser les feuilles qui jonchent le sol à l’aide d’un balai adapté ou d’un râteau avec des dents souples et des extrémités recourbées. Les petits tas seront ensuite récoltés à l’aide d’un ramasse-feuilles articulé.

Pour les grands espaces, investissez dans un aspirateur souffleur qui déloge les feuilles accumulées dans les allées, sous les arbustes et dans tous les recoins du jardin. Certains modèles à batterie qu’on trouve dans les grandes surfaces de bricolage ont même un broyeur intégré qui réduit le volume récolté dans la poche. La tondeuse fera un excellent nettoyage sur la pelouse.

Pour les surfaces de taille importante en dur, dont la terrasse, les allées et le pourtour de la piscine, préférez la balayeuse mécanique. Sa brosse rotative arrivera même à décoller les feuilles humides qui risquent toujours de nous faire trébucher.

3. Précieuses en paillage

Entières ou grossièrement broyées avec la tondeuse, les feuilles mortes constituent un excellent paillage dans les massifs. À condition de les étaler en une couche épaisse de dix bons centimètres et de ne pas les tasser. Ainsi, ce paillage gratuit jouera parfaitement son rôle d’isolant contre le gel qui blesse les racines superficielles. Il protégera aussi la terre du jardin contre l’érosion causée par les pluies battantes. En se décomposant progressivement, il fournira à vos plantations tout l’humus nécessaire dès le printemps.

4. Attention aux types de feuilles qu’on ramasse

Les feuilles plus épaisses du châtaignier, du chêne, du platane et de l’eucalyptus seront mises de côté pour être broyées avec la tondeuse. Les feuilles fines de noisetier, d’érable, de frêne et de saule se transforment en quelques mois dans le silo à compost. On pourra les étaler en paillage dans les massifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.