Vieillir chez soi : comment bien anticiper ?

Il est inutile de répéter ici que nous vivons de plus en plus vieux, que 70 % des personnes âgées voudraient vieillir chez elles ou que la qualité de certains EHPAD fait réellement peur. Tout ça, nous le savons, mais pour autant sommes-nous prêts pour nous même ou pour nos parents? Avons-nous anticipé une perte d’autonomie, un handicap passager ou permanent? Voilà quelques informations qui vous permettront de préparer cette étape difficile.

Les différents problèmes liés au vieillissement

Nous n’évoquerons pas dans cet article le cas des maladies de type sénilité ou Alzheimer, car l’aménagement de la maison n’est pas forcément la priorité. Dans ces cas-là, c’est la présence et l’accompagnement qui priment.

L’aménagement de la maison pour les seniors répond souvent à des problèmes moteurs, plus ou moins lourds qui empêchent en partie l’autonomie. Présence d’escalier pour rentrer chez soi, chambre à l’étage, baignoire difficile d’accès, placards trop hauts. Pour ne citer que ces exemples.

La plus grande difficulté est bien sûr pour ceux qui doivent dans l’urgence déménager et trouver un logement soit doté d’un ascenseur, soit une maison de plain-pied ! Pour la personne âgée, c’est une grosse charge de travail et de stress sans compter les frais. Il peut donc être nécessaire de prévoir cela lorsqu’on est encore en bonne santé, à un moment de gros changement comme la retraite par exemple.

Aménager correctement l’intérieur

L’idéal bien sûr c’est une maison de plain-pied, avec un accès en pente douce sur l’extérieur, des portes-fenêtres sans seuil pour la terrasse et un aménagement pensé par des professionnels expérimentés. Malheureusement pour la majorité des gens, la réalité est plus complexe. Il va donc falloir être créatif et s’adapter.

Dans un appartement (si celui-ci est desservi par l’ascenseur), le plus gros du travail consiste souvent à changer les hauteurs de plan de travail, les placards, et parfois la largeur des portes intérieures afin de laisser passer un fauteuil roulant.

Pour une maison individuelle, par contre, les transformations peuvent être nombreuses et coûteuses. Beaucoup de maisons de lotissement possèdent deux, voire trois niveaux. Au rez-de-chaussée, salon et cuisine et W.C., la salle de bain et les chambres étant à l’étage. Selon l’importance du handicap, un monte-escalier peut être installé, mais très souvent sur la durée il faudra modifier l’aménagement intérieur afin de créer une chambre et une salle de bain au rez-de-chaussée.

Que le handicap soit passager suite à une chute, un accident, où qu’il soit permanent, il est nécessaire d’anticiper, car vous ne trouverez pas d’artisans qui interviendront en 3 jours !

Les aides pour aménager son habitation

Les travaux concernés:

  • Pose de volets roulants automatisés,
  • Adaptation de l’éclairage pour éviter les risques de chutes,
  • Équipements spécifiques : siège de douche
  • Travaux d’adaptation : douche à l’italienne pour sénior, W.C. surélevés, nez de marches antidérapants, revêtements de sol antidérapants, chemin lumineux, plan incliné…

L’Agence Nationale de l’habitat, (ANHA) aide à la réalisation de travaux d’amélioration des logements privés. Des aides financières sont disponibles pour les propriétaires occupants ayant des revenus modestes. Renseignez-vous également auprès des collectivités territoriales sur le site de l’ADIL (Agence Départementale d’Information sur le Logement). Pensez aussi au crédit d’impôt, à l’Aide Action Logement que vous soyez locataire ou propriétaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.