L’excès d’hygiène peut-il nuire à notre système immunitaire? Quelques clefs pour comprendre…

On a tendance à vouloir tout désinfecter jusqu’à éradiquer le moindre organisme, microbes, bactéries… Mais est-ce réellement bénéfique pour notre système immunitaire et à la santé du microbiote? On vous dit tout.

Ce n’est pas la première fois que l’excès d’hygiène est pointé du doigt. Depuis quelques années, et surtout depuis la pandémie liée au coronavirus, cette tendance de la vie moderne a été incriminée comme l’une des causes de l’explosion des allergies. Aujourd’hui, cette hypothèse s’étend au microbiote. 

La propreté, néfaste pour le microbiote?

La propreté n’est pas toujours aussi positive qu’on le croit! « Contrairement aux idées reçues, exterminer l’intégralité des bactéries ne constitue pas la meilleure solution pour se protéger des agents pathogènes. » expliquent Claire Richard et Marie Anton – journalistes spécialisées dans les questions de santé. De fait, l’excès de propreté élimine certes les mauvaises bactéries mais aussi les bonne. Or, « si nous décimons toutes les bactéries de notre environnement, notre microbiote ne sera pas suffisamment en contact avec des petites quantités de bactéries pathogènes et ne pourra pas jouer son rôle d’éducateur de l’immunité. Le jour où une « méchante » bactérie frappera à notre porte, nous n’aurons pas toutes les clés pour nous défendre », ajoutent les spécialistes.

Un conseil pour concilier propreté et santé du microbiote ? On modère ses ardeurs en matière d’hygiène! « En réalité, la bonne marche à suivre n’est pas de viser l’absence totale de bactéries, mais de trouver un équilibre entre les bonnes et les mauvaises bactéries, comme c’est le cas à l’intérieur de notre ventre ».

Comment nettoyer son intérieur? 

Pour nettoyer son intérieur tout en préservant la bonne santé de son microbiote, on utilise un nettoyant ménager classique. À l’inverse d’un produit désinfectant, il agit sans éradiquer la majeure partie des bactéries. Ainsi, on reste en contact avec une quantité de bactéries suffisante pour continuer d’éduquer notre système immunitaire. En revanche, lorsque l’un des membres de la famille est malade, on nettoie son intérieur à l’aide d’un produit désinfectant pour éviter une éventuelle transmission de la maladie. Enfin, on adopte les bons gestes : 

  • On nettoie son intérieur avec un produit ménager classique.
  • On aère régulièrement.
  • On lave les légumes à l’eau.
  • On fait sécher éponges, torchons et serviettes pour éviter la prolifération des bactéries qui adorent les endroits chauds et humides.
  • On conserve les aliments dans un réfrigérateur à 5°C. 

Laisser les enfants se salir c’est bon pour leur santé!

Pour prendre soin du microbiote de ses enfants, Claire Ricard et Marie Anton conseillent de les laisser se salir. De quoi les ravir! Selon elles, « l’idéal est de les laisser « rencontrer » régulièrement des bactéries. Certaines deviendront des « amies », qui les protégeront toute leur vie » ! Dans le même sens, « plusieurs études montrent que les enfants qui vivent avec un animal ou à la campagne et qui sont en contact avec plus de bactéries développent beaucoup moins d’allergies que les autres ». Pour préserver le système immunitaire de nos enfants, il ne reste plus qu’à les laisser jouer dans la terre et favoriser les contacts avec la nature!

Résultat? Un microbiote en acier, prêt à réagir aux situations d’urgence, à digérer et à se protéger contre différentes maladies. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.