Carence en vitamine E? Voilà les signes à repérer avant de consulter!

Le corps humain nécessite de la vitamine E pour fonctionner correctement, ce qui en fait une vitamine essentielle. Son rôle principal est d’agir comme un antioxydant, en piégeant les électrons dits « radicaux libres » qui sont à même d’endommager nos cellules. Elle est principalement stockée dans le foie avant d’être libérée dans la circulation sanguine pour être mise à profit.

C’est une vitamine liposoluble, ce qui signifie qu’elle a besoin de graisses pour qu’elle soit correctement absorbée. Une carence en vitamine E est une occurrence relativement rare mais elle peut toujours survenir comme résultat d’un état sous-jacent. Certains nourrissons prématurés et adultes à alimentation déséquilibrée sont également affectés par de faibles niveaux de cette substance organique bénéfique.

Quel est le taux normal de vitamine E?

La bonne nouvelle est qu’une carence en vitamine E peut être facilement rejetée ou confirmée par un test sanguin. On établit les niveaux d’alpha-tocophérol (l’une des 8 formes chimiques de la vitamine) d’où on détermine son niveau global. Les valeurs de référence sont de 2,17 à 9,56 mg/l pour les nouveau-nés, de 3,02 à 9,05 mg/l pour les enfants jusqu’à 12 ans et de 4,29 à 13,30 mg/l pour les adultes, mais sachez que ces plages peuvent varier légèrement d’un laboratoire à l’autre. En règle générale, si le taux d’un adulte est ≤ 5 mg/L, il est considéré d’avoir une carence en vitamine E et il aura probablement besoin de prendre des suppléments.

Les signes d’une carence en vitamine E

Une carence en vitamine E peut provoquer un nombre de symptômes variant de désagréables à intolérables, surtout d’ordre neurologique. Néanmoins, si le manque est détecté tôt et la supplémentation est introduite à temps, elle peut prévenir les symptômes neurologiques. Alors, si vous détectez un ou plusieurs des signes décrit ci-après, n’hésitez pas d’appeler votre médecin pour plus d’information :

Faiblesse musculaire. La vitamine E est essentielle au fonctionnement du système nerveux central. Il fait partie des principaux antioxydants de l’organisme et son manque entraîne un stress oxydatif qui peut de sa part causer une impotence des muscles.

Difficultés de coordination et de marche. Une déficience peut également mener à la dégradation de certains neurones, appelés neurones de Purkinje, ce qui empire leur capacité à transmettre des signaux et entrave les mouvements de la personne affectée.

Engourdissements et picotements. Les dommages aux fibres nerveuses qui empêchent les nerfs de transmettre correctement les signaux, entraînent des sensations d’engourdissements et picotements dans les membres, ce qui s’appelle en fait une neuropathie périphérique.

Détérioration de la vision. Une carence en vitamine E peut affaiblir les récepteurs de lumière dans la rétine et d’autres cellules de l’œil. Cela peut causer des troubles visuels, déclencher certaines maladies oculaires et même résulter en une perte de vision au fil du temps.

Problèmes du système immunitaire. Certaines recherches (deuxième lien en bas de la page) suggèrent qu’une carence en vitamine E peut inhiber les cellules immunitaires. Les personnes âgées sont particulièrement à risque.

Causes de la carence en vitamine E

La génétique

La carence en vitamine E est souvent héréditaire. Connaître les antécédents familiaux peut faciliter le diagnostic de certaines maladies génétiques rares. Deux de ces maladies, l’abétalipoprotéinémie congénitale et le déficit familial isolé en vitamine E, sont chroniques et entraînent des taux de vitamine E extrêmement bas.

Conditions médicales sous-jacentes

Comme déjà mentionné au début, le corps a besoin de graisse pour assimiler correctement la vitamine E. Une carence en vitamine E peut donc également résulter d’une maladie qui réduit considérablement l’absorption des lipides. De telles maladies sont :

  • pancréatite chronique
  • maladie cœliaque
  • cholestase hépatique
  • mucoviscidose (fibrose kystique)

Carence en vitamine E innée

L’insuffisance de vit. E est par ailleurs fréquente chez les nouveau-nés et les bébés nés prématurément qui ont un poids de naissance faible et peu de graisse. Les nourrissons prématurés sont particulièrement à risque, car un tube digestif immature peut interférer avec l’absorption des graisses et de la vitamine E. La carence en vitamine E chez ces nourrissons peut aussi entraîner une anémie hémolytique, qui détruit les globules rouges.

En conclusion, il est très peu probable qu’une personne souffre d’une carence en vitamine E, à moins qu’elle ne soit pas affectée par une maladie chronique sous-jacente, d’une maladie génétique ou d’un régime alimentaire extrêmement pauvre en graisses. De toute façon, notre corps ne peut pas produire cette vitamine et on doit se la procurer via l’alimentation. Heureusement, il existe une grande variété d’aliments délicieux comme bénéfiques, qui en regorgent, tels que:

  • les huiles végétales alimentaires, comme l’huile d’arachide et l’huile d’olive, entre autres
  • les graines et les fruits à coque
  • les grains entiers
  • le lait
  • la plupart des légumes, y compris les épinards, la bette à carde, les poivrons rouges et les avocats

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.