L’activité physique sur ordonnance

On avait découvert cette pratique lors des confinements. On pouvait aller à la salle de sport avec une prescription de son médecin. On a alors mis en avant tous les bienfaits du sport tant sur le plan physique que psychologique. Toutefois, si des médecins continuent de donner ordonnances pour traiter différentes pathologies, la pratique n’est pas systématique.

Les bénéfices sont nombreux

Selon le Dr Feltz, médecin généraliste, «L’activité physique aura permis de contrôler, voire de faire reculer une pathologie, de mieux supporter certains traitements difficiles (contre le cancer, par exemple), de se sentir plus à l’aise dans son corps ou dans sa tête, mais aussi d’enclencher le cercle vertueux d’une vie sociale plus riche». On note qu’un grand nombre de patients ne se seraient jamais lancés seuls, même en club, par inhibition ou manque de moyens financiers. Le généraliste indique aussi que «les 70 villes sport santé et une centaine de réseaux locaux proposent souvent la gratuité des séances ou une tarification solidaire en fonction des revenus. Tout dépend aussi du niveau d’implication des ARS (agences régionales de santé), finançant un peu, largement ou pas du tout les maisons sport-santé du secteur». Donc, il faut comprendre que prescriptions médicales ne riment pas forcément avec remboursement de la sécurité sociale.

Un suivi professionnel

Vous n’êtes pas seul dans cette aventure car « Afin de faciliter la démarche, un Guide de promotion, consultation et prescription médicale d’activité physique et sportive est proposé par la Haute Autorité de santé sur son site internet », explique le Pr Martine Duclos, présidente de l’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (Onaps). Le Dr Feltz précise qu’après «un échange permettant d’évoquer les habitudes de vie, l’appétence pour telle discipline et ses bénéfices, le praticien peut la prescrire dans le cadre du réseau sport-santé du territoire. Il prescrit également un bilan à réaliser avec un professionnel médicosportif formé à l’évaluation des besoins. Celui-ci met ensuite en place un parcours de soins, via une pratique sportive effectuée avec un intervenant spécialisé ». Il peut s’agir d’un éducateur sportif, un kinésithérapeute, un enseignant en activité physique adaptée (APA) en santé, un psychomotricien ou un ergothérapeute. Ces professionnels exercent soit individuellement, soit dans le cadre de l’une des 500 maisons sport-santé en France.

Une pratique qui peut être déductible des impôts

Si votre médecin ne souhaite pas vous fournir de prescription mais que vous avez quand-même envie de faire du sport tout en restant chez vous, vous pouvez embaucher un coach sportif personnel et bénéficier d’un crédit d’impôt, si vous êtes imposable, et, si vous êtes non imposable, être remboursé d’une partie de vos dépenses? Tout comme pour une aide à domicile, vos frais d’emploi vous donnent droit à un crédit d’impôt égal à 50 % de la dépense supportée dans la limite de 12 000 € par an (plus 1 500 € par membre du foyer âgé de plus de 65 ans et par enfant à charge, sans pouvoir excéder 15 000 €). Depuis le deuxième trimestre 2022, les contribuables qui ont recours à des prestataires de services à la personne bénéficient de l’avance immédiate du crédit d’impôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.