Prendre soin de son cœur avec ces quelques conseils

On sait depuis longtemps que fumer, le stress, mal manger, avoir de la tension, etc. Tout cela met notre cœur en danger. Mais d’autres ennemis méconnus guettent, telles la sédentarité par exemple.

Trop de certitudes concernant les bons et les mauvais gestes

Les idées reçues sont légion. Nous allons tenter ici de répondre à des questions que l’on se pose toutes et tous.

Faux! Les femmes ne sont pas protégées des maladies cardiaques par leurs hormones. Et d’ailleurs, les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité chez les femmes (la seconde chez l’homme). Certes, les hormones féminines constituent un rempart mais seulement jusqu’à la ménopause. Et elles n’empêchent pas le tabac, la pilule, la malbouffe et la sédentarité de faire des ravages bien avant cette période.

Faux. Ce n’est pas parce que vos parents ont fait un infarctus ou un AVC, que vous en ferez un vous aussi. Il y a plus de risques mais vous pouvez les limiter en adoptant une bonne hygiène de vie. L’activité physique empêche certains gènes du risque cardiaque de fonctionner. Faites-vous suivre par un cardiologue et vérifiez régulièrement votre taux de cholestérol, de triglycérides (prise de sang) et vos plaques d’athérome (test d’effort, Doppler, voire scanner des artères). Après 50 ans, le score calcique est aussi très intéressant (scanner ultrarapide et sans injection).

Faux. Les médicaments d’aujourd’hui ne règlent pas tout seuls les problèmes cardiaques. Ils aident mais restent des béquilles. Le plus important est de corriger son alimentation, sa sédentarité et de surveiller sa santé selon sa situation: équilibrer sa glycémie en cas de diabète, faire baisser sa pression artérielle et perdre du poids si nécessaire.

Faux. Le sport n’est pas mauvais pour le cœur. L’activité physique permet de réduire de 20 à 30% le risque d’infarctus. Et si le mal est fait, quelle que soit la gravité d’un accident cardiaque, une activité physique reste bénéfique.

Faux. Il ne faut pas arrêter de manger du gras, des œufs et d’autres bonnes choses. Tout est question de quantité et de qualité de vos aliments (le bon gras/les mauvaises graisses…). Les régimes méditerranéens et DASH sont délicieux. Ils sont basés sur de grandes quantités de légumes et de fruits mais incluent aussi des œufs, des (bons) gras voire même du chocolat!

Quatre astuces à connaître

1. Arrêter de fumer et mieux manger viennent alors tout naturellement. Objectif selon l’OMS (Organisation mondiale de la santé): faire 10000 pas par jour. Une personne sédentaire en fait 3000, et une, moyennement active, 9000. Achetez un podomètre ou téléchargez une application gratuite sur votre smartphone pour vérifier (et améliorer) votre score!

2. Bien sûr, l’assiette compte aussi. Et le changement le plus important consiste à traquer le sel caché (plats préparés, fromages, biscuits…). Car, 3 g de sel en moins chaque jour, c’est 20 à 25 % de risque en moins de faire un infarctus ou un AVC. Remplacez-le par des épices, bien meilleures et plus saines. Plus généralement, il est recommandé de suivre le régime DASH (Dietary Approaches to Stop Hypertension: Approche diététique pour prévenir l’hypertension), qui privilégie les aliments bruts et peu salés.

3. Au bureau, prenez le temps de vous lever 1 à 2 minutes toutes les heures. Et après le travail, marchez 20 minutes en rentrant à la maison, par exemple. Bouger plus est la pierre angulaire du cercle vertueux de la santé: c’est ainsi que l’on modifie plus facilement ses autres mauvaises habitudes.

4. Un quatrième changement? Prenez du bon temps! Le stress est le troisième facteur de risque cardiaque. Lâchez prise, cultivez vos relations amicales et amoureuses, riez, écoutez de la musique, etc. Toute activité plaisir est bonne à prendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.